11 chiffres sur le vélo en Europe

image_pdfimage_print
Ci-dessous un excellent article d’ Olivier Razemon (blog-http://transports.blog.lemonde.fr/) sur la pratique du vélo en Europe.
Le vélo est une affaire européenne. Des routes de cyclotourisme parcourent le continent en longeant les fleuves, en traversant les massifs et en passant les frontières. Les aménagements urbains les plus réussis, à Groningue, Bolzano ou Innsbruck, servent de référence pour les municipalités du continent. Les associations locales, regroupées dans leur mouvement national, sont représentées à Bruxelles par la fédération européenne des cyclistes (ECF). Cet organisme, présidé depuis juin 2018 par le français Christophe Najdovski, bataille pour convaincre les institutions européennes de financer des aménagements ou de voter des lois favorisant les déplacements à vélo. Au Parlement européen, des députés s’engagent pour le vélo, à l’occasion de débats sur la santé, le réseau routier, le climat ou le tourisme. Et puis, l’ancêtre de la bicyclette est né il y a un peu plus de 200 ans, au cœur de l’Europe. Voici 11 chiffres sur le vélo en Europe.

tous les jours. La proportion des citoyens de l’Union européenne qui utilisent le vélo comme mode principal pour leurs déplacements quotidiens. La proportion atteint 36% aux Pays-Bas, 23% au Danemark, 22% en Hongrie, mais seulement 1% à Chypre ou au Portugal. La France, avec 4%, est 19ème sur 28, devant le Royaume-Uni et l’Espagne mais derrière l’Italie, la Pologne ou la Belgique.

35% à Copenhague. La proportion des habitants de Copenhague qui se déplacent principalement à vélo. La première ville du Danemark arrive en tête du palmarès des capitales, suivie par Amsterdam (32%) et Berlin (13%). Paris, à 2 ou 5% selon les sources, espère rattraper son retard.

381€ déboursés. Le prix d’achat moyen d’un vélo neuf en Europe en 2018, selon la Confédération de l’industrie européenne du cycle (Conebi), tous vélos confondus, y compris à assistance électrique. On remarque de fortes disparités d’un pays à l’autre. Le prix moyen dépasse les 1000€ en Autriche et aux Pays-Bas, et n’atteint pas les 200€ en Grèce et en Bulgarie. Ces données s’expliquent par les différences de revenus mais aussi par l’intérêt porté à cet objet. En France, l’achat moyen atteint 459€ en 2018. Il était inférieur à 300€ en 2012.

20,5 millions de ventes. Le nombre de vélos neufs vendus en Europe en 2017. Le chiffre est en stagnation depuis quelques années, contrairement à l’usage du vélo comme mode de déplacement. Il est vrai que la plupart des vélos vendus neufs ne servent pas principalement aux trajets du quotidien, mais à la pratique récréative et sportive. Une étude réalisée dans l’agglomération de La Rochelle au début des années 2010 montrait que plus les foyers étaient équipés de bicyclettes, moins ils s’en servaient tous les jours.

2,1 millions pour la version électrique. Le nombre de vélos à assistance électrique vendus en 2017 en Europe. Cette donnée est  en forte progression, pour le plus grand bonheur de l’industrie du cycle. En effet, un VAE assure une marge bien plus fort qu’un vélo classique. En 2016, il s’était vendu 1,7 million de vélos à assistance électrique et en 2015, 1,3 million.

14% des écoliers. La proportion d’enfants européens qui se rendaient à l’école à pied ou à vélo en 2012. Ils étaient 82% 30 ans plus tôt. Le vieux continent connaît une crise de sédentarité: les enfants, comme les adultes, ne font pas assez d’exercice.

Lire aussi: Oui, on peut aller à l’école à vélo! (août 2016)

10,7 tués. Le nombre de cyclistes tués par milliard de kilomètres parcourus aux Pays-Bas. Ce chiffre atteint 15,2 en Allemagne et s’élève 27 en France. Le risque de rouler à vélo est inversement proportionnel au nombre de personne circulant ainsi. On notera aussi que les Pays-Bas, où pratiquement personne ne porte un casque pour monter sur un vélo, sont le pays le plus sûr d’Europe.

Pour compléter: 10 arguments contre l’obligation de porter le casque (février 2016)

150 milliards d’euros. Les gains du vélo pour l’économie européenne, par an. La Fédération européenne des cyclistes a mesuré les « effets positifs » de la pratique du vélo et les a convertis en euros : augmentation de l’espérance de vie (73 milliards d’euros), cyclotourisme (44 milliards), marché du vélo, y compris accessoires, réparation, libre-service, etc. (13 milliards), diminution de la congestion motorisée (7 milliards), etc. En comparaison, la pollution automobile coûte chaque année en Europe 67 milliards d’euros. Ce chiffre ne prend pas en compte les externalités négatives de l’automobile sur l’environnement ou consécutives à l’étalement urbain.

6% de ceux qui ont du mal à payer leurs factures.Dans un sondage réalisé à l’échelle européenne sur les déplacements (ici, page 15), les répondants étaient invités à indiquer s’ils peinent à payer leurs factures, toujours, parfois ou jamais. Parmi ceux qui rencontrent des difficultés, seuls 6% utilisent un vélo dans leurs trajets quotidiens. Ils sont 9% parmi ceux qui n’ont jamais de difficultés. Paradoxalement, le moyen de transport le moins cher n’est pas plébiscité par les personnes les plus pauvres. Cela s’explique: les plus pauvres se déplacent moins, à vélo comme en voiture. Mais ils prennent plus souvent les transports publics et marchent davantage. Rappelons aussi que le nombre de kilomètres parcourus par jour est proportionnel aux revenus. Autrement dit, plus on est riche, plus on se déplace loin.

50% parce que c’est pratique. La proportion de personnes circulant à vélo qui font ce choix parce que c’est « pratique ». Pour 25% des cyclistes, leur moyen de transport présente l’avantage d’être « rapide » et un autre quart estime que c’est peu coûteux. Un peu plus de 20% assurent qu’ils pédalent pour des raisons environnementales. Plusieurs réponses étaient possibles à ce sondage.

15 véloroutes européennes. Ces itinéraires, les « eurovéloroutes », qui traversent le continent d’est en ouest et du nord au sud, totaliseront 70000 kilomètres lorsqu’ils seront achevés. Leur numérotation est complexe, mais disons que les routes impaires proposent un trajet nord-sud et les routes paires un trajet ouest-est.